Les fleurs rouges dans l’art funéraire – Talila MICHAELI

Textes et œuvres d’art dans l’Antiquité romaine – Jeudi 11 février à 18h30 en amphi René Rémond (2e étage)

Talila MICHAELI, Maître de conférences à l’université de Tel Aviv.

Talila Michaeli est maître de conférence en histoire de l’art ancienne au paléochrétien à l’Université de Tel Aviv, Israël. Ses recherches portent sur les peintures murales et spécifiquement l’art funéraire. Ses recherches sont sur les aspects iconographiques ainsi que stylistiques.

Résumé de la communication

S4 - Textes et oeuvres d'art dans l'Antiquité - Talila Michaeli

Dans un nombre de tombes contenant des peintures murales, découvertes dans le monde gréco-romain, on remarque une variété de motifs picturaux qui apparaissent à plusieurs reprises. Ils sont parfois intégrés au sein d’un ensemble pictural souvent sophistiqué, soigneusement programmé, ou bien représentés en tant que motifs isolés. Les mêmes motifs peuvent être distingués dans des différentes tombes, indépendamment de l’appartenance religieuse de la personne décédée.

J’aimerais préciser que, dans l’art funéraire, chaque motif est significatif et que, une fois ces motifs représentés dans un contexte funéraire, ils constituent un moyen de transmission des volontés du défunt concernant sa vie après la mort, dans l’au-delà. Cette affirmation est basée en premier lieu sur un large éventail de sources littéraires grecques, romaines et chrétiennes, à partir d’Homère et jusqu’à Saint Augustin et Saint Ambroise.

L’intention de cet article est de démontrer cette hypothèse à travers l’analyse d’un motif spécifique – celui des fleurs rouges – et d’interpréter son apparition dans l’art funéraire en relation avec les textes écrits, en utilisant à la fois des sources littéraires et épigraphiques. En outre, j’essayerai de montrer les différents registres dans les réactions des Pères de l’Eglise face à ce motif, à commencer par leur ferme objection initiale jusqu’à l’adaptation ou même la « conversion″ du motif au christianisme.

Éléments de bibliographie

Michaeli, « Depictions of Elysium in the Literature and Art of Hellenistic and Roman Painted Tombs. » In: C.B. Verzar, G. Fishof (eds.), Pictorial Languages and their Meanings. Liber Amicorum in Honor of Nurith Kenaan-Kedar, Tel Aviv, 2006, pp. 153-170.

Barbet (ed.), La peinture funéraire antique, IV­­e siècle av. J.-C.-IVe ap. J.-C., Actes du VII colloque de l’Association internationale pour la peinture murale antique (AIPMA), 6-10 Octobre 1998, Saint-Romain-en-Gal – Vienne, Sous la direction d’Alix Barbet, Editions Errance, Paris, 2001.

Michaeli, Visual Representation of the Afterlife; Alexandros Press, Leiden, 2009.